Frise
Bandeau Lafoudre 
 

La phénoménologie


La foudre est définie comme une décharge électrique associée à une impulsion de courant transitoire de très forte amplitude. La source la plus commune de la foudre est la séparation des charges dans les nuages d’orage, les cumulo-nimbus.

Sous nos latitudes, les orages les plus fréquents font suite à des fronts froids. A leurs approches, la masse d’air froid s’infiltre sous l’air chaud et le soulève, ce qui engendre des turbulences et des convections d’air chaud ascendant ainsi se forment les nuages d’orage ou les cumulo-nimbus.

Schéma illustratif de la distribution de charges dans le nuage d'orage
Schéma illustratif de la distribution de charges
dans le nuage d'orage
Parallèlement à ces phénomènes aérodynamiques, il se produit une séparation de charges électriques au sein du nuage. Il n’existe pas encore de théorie entièrement satisfaisante pour expliquer les faits observés en l’occurrence la partie supérieure du nuage dénommé l’enclume, constituée de cristaux de glace, est chargée positivement, tandis que la partie inférieure, constituée de gouttelettes d’eau, est chargée négativement. Souvent, une poche de charges positives est enserrée dans cette masse négative. Les estimations concernant la charge totale formée montrent qu’elle peut être assez variable : on peut admettre que les charges, tant négatives que positives, sont comprises entre quelques dizaines et centaines de Coulomb.

Au moment de la formation ou de l’approche du nuage orageux et sous l’influence de la charge négative se trouvant à sa base, le champ électrique au sol commence à s’inverser et croît dans de fortes proportions (notons que dans les conditions de beau temps existe un champ dit « positif » dont le vecteur représentatif est dirigé vers le sol et d’amplitude voisine de 150 V/m). Lorsque son amplitude atteint 10 à 15 kV/m au sol, ceci est considéré comme étant le premier signe annonciateur de la chute probable de la foudre.